Contact

Musée du Barreau

25 rue du Jour

75001 Paris

Tél : 01 44 32 47 48

En savoir plus

Par son ampleur et sa durée, la Première Guerre mondiale a touché l’ensemble de la population française. Cet événement exceptionnel a suscité la rédaction de multiples documents d’archives personnelles : correspondances entre les soldats et leurs proches, carnets de croquis pris sur le vif au milieu des combats, souvenirs écrits après la guerre… Ces documents d’archives privées, auxquels s’ajoutent parfois des souvenirs familiaux, compléteront les collections du Musée..
  • A la mémoire des avocats du Barreau de Paris morts pour la France.

    232 avocats ont été engloutis dans cette sanglante tragédie
    que fût la guerre 14/18.
  • 1

DE BECDELIEVRE Hervé (1883 - 1918)

« Il n’a guère eu de sa carrière militaire que les peines. Il n’avait pas d’ambition, ne recherchait pas la gloire, ni les récompenses, mais simplement l’accomplissement de son devoir, sous toutes ses formes. Il disait lui-même qu’il n’était pas parti pour gagner des galons et des décorations, mais simplement pour défendre son pays. » Lettre de son épouse du 9 décembre 1918.

Lire la suite

Becdelièvre vignette

CHARDON Ary-Henri (1889-1918)

Ary Henri Chardon naît le 1er juin 1889, à Paris. C’est dans une atmosphère mêlant le droit, la peinture et l’écriture, qu’il grandit avec sa sœur et son frère, entre la vie parisienne et les vacances à Barfleur qu’affectionnaient ses parents

Lire la suite

Chardon vignette

WACHET Henri (1889-1918)

C’est à Saintes, en Charente, que naquit, le 14 novembre 1889, Henry Wachet, fils unique de Louis et Marguerite Wachet.

Ce fils de militaire, élevé dans la Marne à Servon Melzicourt, choisit de faire son droit.

Spécialisé en droit pénal, il écrivit un mémoire intitulé : L’interdiction de séjour, son histoire, son fonctionnement, ses remèdes.

Lire la suite

Wachet   vignette

Focus

Monument aux Morts du Barreau de Paris.

Palais de Justice de Paris. Salle Haute de la Bibliothèque des Avocats.

 Plaque en bronze réalisée et donnée par l'avocat Raymond Persin en 1919.

Début janvier 1919, M. le bâtonnier fait connaître au conseil que M. Raymond Persin (1892-1934), avocat à la Cour, se propose d’offrir à l’Ordre un bas-relief dont il est l’auteur et qui, placé dans la bibliothèque, perpétuera le souvenir des confrères, morts pour la Patrie. Par une lettre adressée au Bâtonnier le 14 janvier 1919, M. Persin remercie le Conseil et le Bâtonnier d’avoir agréé sa proposition et tient à leur faire savoir que « je mettrai tout mon cœur pour que cette œuvre soit digne de la mémoire de mes confrères morts pour la France ».

Persin lettre au batonnier 1919

Lettre de Raymond Persin au Bâtonnier, 14 janvier 1919.

Persin projet de plaque

 Projet de plaque commémorative présentée au Bâtonnier et au Conseil de l'Ordre, 1919.                                              

Ce bas-relief en bronze, placé dans la grande salle de la bibliothèque est inauguré le 21 juin 1919 en présence de M. Raymond Poincaré, Président de la République et Avocat, et d’autres personnalités comme M. Nail Garde des Sceaux, M. Millerand commissaire général de la République en Alsace-Lorraine, et avocat, le Général Dubail grand Chancelier de la Légion d’honneur, la plupart des magistrats des cours et tribunaux, et les familles des avocats morts au champ d’honneur. Une belle cérémonie avec un discours hommage du Bâtonnier Henri Robert suivi d’un discours de M. Poincaré qui conclue par cette phrase : « les avocats ont bien mérité la Patrie ! ».

Ce monument commémoratif se compose au centre d’une femme debout – représentation à la fois de la veuve et de la mère- devant un autel, une palme de laurier dans la main – symbole de paix mais aussi du martyr.

En 1919, tous les noms ne figurent pas. Une petite plaque a d’ailleurs été apposée quelques années après. En effet, l’Ordre n’a appris certains décès qu'après la fin de la guerre, certains corps ayant disparus, certaines familles ne sachant pas ce qu’il était advenu de leurs proches : le Conseil a, par exemple, été informé du décès d’André Ferrand le 6 janvier 1920 ; les décès de Jolidon, Le Troadec, Freminet et Priam ont été connus du Conseil en mars et avril 1920 ; Pierre Renard a été inhumé en 1921 !

plaque addendum copy

Derniers ajouts

Ce site utilise des cookies

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.