Contact

Musée du Barreau

25 rue du Jour

75001 Paris

Tél : 01 44 32 47 48

En savoir plus

Par son ampleur et sa durée, la Première Guerre mondiale a touché l’ensemble de la population française. Cet événement exceptionnel a suscité la rédaction de multiples documents d’archives personnelles : correspondances entre les soldats et leurs proches, carnets de croquis pris sur le vif au milieu des combats, souvenirs écrits après la guerre… Ces documents d’archives privées, auxquels s’ajoutent parfois des souvenirs familiaux, compléteront les collections du Musée..
  • A la mémoire des avocats du Barreau de Paris morts pour la France.

    232 avocats ont été engloutis dans cette sanglante tragédie
    que fût la guerre 14/18.
  • 1

DE BECDELIEVRE Hervé (1883 - 1918)

« Il n’a guère eu de sa carrière militaire que les peines. Il n’avait pas d’ambition, ne recherchait pas la gloire, ni les récompenses, mais simplement l’accomplissement de son devoir, sous toutes ses formes. Il disait lui-même qu’il n’était pas parti pour gagner des galons et des décorations, mais simplement pour défendre son pays. » Lettre de son épouse du 9 décembre 1918.

Lire la suite

Becdelièvre vignette

CHARDON Ary-Henri (1889-1918)

Ary Henri Chardon naît le 1er juin 1889, à Paris. C’est dans une atmosphère mêlant le droit, la peinture et l’écriture, qu’il grandit avec sa sœur et son frère, entre la vie parisienne et les vacances à Barfleur qu’affectionnaient ses parents

Lire la suite

Chardon vignette

WACHET Henri (1889-1918)

C’est à Saintes, en Charente, que naquit, le 14 novembre 1889, Henry Wachet, fils unique de Louis et Marguerite Wachet.

Ce fils de militaire, élevé dans la Marne à Servon Melzicourt, choisit de faire son droit.

Spécialisé en droit pénal, il écrivit un mémoire intitulé : L’interdiction de séjour, son histoire, son fonctionnement, ses remèdes.

Lire la suite

Wachet   vignette

Focus

Parry photo  Parry carte mere 1916  Parry lettre de sa tante
 
Bien que né au château de Beaufort à Malleret-Boussac dans la Creuse, c’est dans une famille profondément républicaine que Jules Parry vit le jour le 20 juin 1885. En effet, son père, Eugène Parry, fut successivement député, puis sénateur et Président du Conseil Général de la Creuse. En 1875, ce républicain modéré avait voté les amendements Wallon, constitutifs de la 3ème République.
Il se dit que son père mourut de chagrin en 1900, quelques mois après le décès de son fils aîné Orphelin de père à l’âge de 5 ans, Jules Parry fut élevé par sa mère selon les règles et principes qui régissaient l’éducation d’un fils de propriétaire terrien du début du 20ème siècle. Contrairement à son frère, Jules Parry décida de faire des études de droit, licencié le 3 juillet 1909, il fut admis au serment de l’avocat le 25 janvier 1910. Il poursuivit son cursus universitaire jusqu’à devenir docteur en droit, obtenant la note « bien » et les félicitations du jury, tout en s’investissant dans la gestion des terres familiales.
Habité lui aussi d’une fibre républicaine, il se présenta aux Législatives de 1914 où il fut battu. Dès le commencement du conflit, il fut appelé au front comme sous-lieutenant.
Très impliqué dans les combats dès le début de la guerre, il fut blessé aux jambes le 7 septembre 1914 à la bataille de la Marne. Son comportement, dès les premières semaines de la guerre, fut remarqué puisqu’il a été cité à l’Ordre du 63ème Régiment de Ligne le 30 septembre 1914.
Après une convalescence auprès de sa mère et de sa tante, il fut versé dans le 2ème régiment de Marche de Zouaves. C’est en qualité de sous-lieutenant qu’il participa à la bataille de Verdun où il fut tué à Fleury, le 22 juillet 1916, par un éclat d’obus à la tête. Sa tante, veuve sans enfant du Capitaine de frégate de Verninac de Saint-Maur, ne supportant pas l’idée de voir son corps disparaître dans les éventuels remaniements des sépultures du front, partit le récupérer, sans se soucier des règles administratives, pour le ramener au cimetière de Boulazac, dans la sépulture familiale.
Cité à l’Ordre du Corps d’Armée en juillet 1916, il fut fait Chevalier de la Légion d’Honneur à titre posthume en 1918.
Décédé sans descendance, c’est sa mère, qui mourut en 1922, et sa tante qui entretinrent sa mémoire. Une double fondation « Fondation Jules Parry » a été créée à Périgueux et dans la Creuse. Elles lui élevèrent également, dans la commune de Boulazac (Dordogne) un monument commémoratif « siège du patronage Jules Parry » à Saint Georges (ancien camp d’acclimatation et hôpital installé par les Américains pendant la Première Guerre Mondiale), dont Mme de Verninac fut surveillante générale. Puis en 1926, selon le désir exprimé par sa sœur, Mme Veuve Louise Parry, mère de Jules, Mme De Verninac, de son vivant, fait donation d’une rente de 500 francs en faveur du 2e régiment de zouaves, pour perpétuer le souvenir de son neveu Jules Parry « sous-lieutenant au 2e régiment de zouaves, mort pour la France le 22 juillet 1916 à Fleury ».
Son neveu, Georges, repris les traditions familiales, ingénieur agronome et avoué, il fut aussi Conseiller Général de la Creuse.

Citations et décorations :

  • Cité à l'Ordre du Régiment le 30 octobre 1914 :

"Sous officier énergique et très dévoué remplit son devoir avec énergie et bravoure en toutes circonstances ; s'est distingué aux combats du 25 et du 30 septembre par son attitude personnelle et son commandement tandis que sa Compagnie avait été dans son cadre notamment des pistes très sérieuses".

  • Cité à l'Ordre du Corps d'armée en juillet 1916 :

"Chef de section d'un calme remarquable et brillamment enlevé sa section à l'assaut des positions ennemies, s'organisant immédiatement sur sa force, faisant de nombreux prisonniers et repoussant plusieurs contre attaque de l'adversaire".

  • Chevalier de la Légion d'honneur à titre posthume en 1918.
  • Croix de guerre avec étoile en 1918.
Parry photo  Parry carte mere 1916  Parry lettre de sa tante
 
Bien que né au château de Beaufort à Malleret-Boussac dans la Creuse, c’est dans une famille profondément républicaine que Jules Parry vit le jour le 20 juin 1885. En effet, son père, Eugène Parry, fut successivement député, puis sénateur et Président du Conseil Général de la Creuse. En 1875, ce républicain modéré avait voté les amendements Wallon, constitutifs de la 3ème République.
Il se dit que son père mourut de chagrin en 1900, quelques mois après le décès de son fils aîné Orphelin de père à l’âge de 5 ans, Jules Parry fut élevé par sa mère selon les règles et principes qui régissaient l’éducation d’un fils de propriétaire terrien du début du 20ème siècle. Contrairement à son frère, Jules Parry décida de faire des études de droit, licencié le 3 juillet 1909, il fut admis au serment de l’avocat le 25 janvier 1910. Il poursuivit son cursus universitaire jusqu’à devenir docteur en droit, obtenant la note « bien » et les félicitations du jury, tout en s’investissant dans la gestion des terres familiales.
Habité lui aussi d’une fibre républicaine, il se présenta aux Législatives de 1914 où il fut battu. Dès le commencement du conflit, il fut appelé au front comme sous-lieutenant.
Très impliqué dans les combats dès le début de la guerre, il fut blessé aux jambes le 7 septembre 1914 à la bataille de la Marne. Son comportement, dès les premières semaines de la guerre, fut remarqué puisqu’il a été cité à l’Ordre du 63ème Régiment de Ligne le 30 septembre 1914.
Après une convalescence auprès de sa mère et de sa tante, il fut versé dans le 2ème régiment de Marche de Zouaves. C’est en qualité de sous-lieutenant qu’il participa à la bataille de Verdun où il fut tué à Fleury, le 22 juillet 1916, par un éclat d’obus à la tête. Sa tante, veuve sans enfant du Capitaine de frégate de Verninac de Saint-Maur, ne supportant pas l’idée de voir son corps disparaître dans les éventuels remaniements des sépultures du front, partit le récupérer, sans se soucier des règles administratives, pour le ramener au cimetière de Boulazac, dans la sépulture familiale.
Cité à l’Ordre du Corps d’Armée en juillet 1916, il fut fait Chevalier de la Légion d’Honneur à titre posthume en 1918.
Décédé sans descendance, c’est sa mère, qui mourut en 1922, et sa tante qui entretinrent sa mémoire. Une double fondation « Fondation Jules Parry » a été créée à Périgueux et dans la Creuse. Elles lui élevèrent également, dans la commune de Boulazac (Dordogne) un monument commémoratif « siège du patronage Jules Parry » à Saint Georges (ancien camp d’acclimatation et hôpital installé par les Américains pendant la Première Guerre Mondiale), dont Mme de Verninac fut surveillante générale. Puis en 1926, selon le désir exprimé par sa sœur, Mme Veuve Louise Parry, mère de Jules, Mme De Verninac, de son vivant, fait donation d’une rente de 500 francs en faveur du 2e régiment de zouaves, pour perpétuer le souvenir de son neveu Jules Parry « sous-lieutenant au 2e régiment de zouaves, mort pour la France le 22 juillet 1916 à Fleury ».
Son neveu, Georges, repris les traditions familiales, ingénieur agronome et avoué, il fut aussi Conseiller Général de la Creuse.

Citations et décorations :

  • Cité à l'Ordre du Régiment le 30 octobre 1914 :

"Sous officier énergique et très dévoué remplit son devoir avec énergie et bravoure en toutes circonstances ; s'est distingué aux combats du 25 et du 30 septembre par son attitude personnelle et son commandement tandis que sa Compagnie avait été dans son cadre notamment des pistes très sérieuses".

  • Cité à l'Ordre du Corps d'armée en juillet 1916 :

"Chef de section d'un calme remarquable et brillamment enlevé sa section à l'assaut des positions ennemies, s'organisant immédiatement sur sa force, faisant de nombreux prisonniers et repoussant plusieurs contre attaque de l'adversaire".

  • Chevalier de la Légion d'honneur à titre posthume en 1918.
  • Croix de guerre avec étoile en 1918.

Sources ODAP

  • Carte de sa mère au Bâtonnier le 27 avril 1916.
  • Lettre de sa mère au Bâtonnier le 7 juin 1919.
  • Lettre de sa tante au Bâtonnier 12 décembre 1929.
  • Notice lue par Edmond Sadoz. Livre d’Or - Groupe des anciens Combattants du Palais - Tome 1 (1930)

Autres Sources

Monument aux morts de Boulazac (Dordogne), place de l'église. Mis en ligne par Jeannie Gilson. 

Plaque commémorative dans l'église de Chénérailles (Creuse). Mis en ligne par Jean Michel Creuillenet.

 

Derniers ajouts

Ce site utilise des cookies

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.