Contact

Musée du Barreau

25 rue du Jour

75001 Paris

Tél : 01 44 32 47 48

En savoir plus

Par son ampleur et sa durée, la Première Guerre mondiale a touché l’ensemble de la population française. Cet événement exceptionnel a suscité la rédaction de multiples documents d’archives personnelles : correspondances entre les soldats et leurs proches, carnets de croquis pris sur le vif au milieu des combats, souvenirs écrits après la guerre… Ces documents d’archives privées, auxquels s’ajoutent parfois des souvenirs familiaux, compléteront les collections du Musée..
  • A la mémoire des avocats du Barreau de Paris morts pour la France.

    231 avocats ont été engloutis dans cette sanglante tragédie
    que fût la guerre 14/18.
  • 1

BOUCHE Léon (1885-1917)

BIOGRAPHIE

Le front haut, le sourcil fourni, la moustache noire, Léon Bouche a le regard perçant et décidé de ceux pour qui la réussite ne peut être que le fruit du travail. Il est né le 4 juin 1885 à Lezoux, village du Puy-de-Dôme, proche du «château que baignait la Dore», Souvenir du Pays de France de Châteaubriand.
Lire la suite
Bouche vignette

FILLION Charles (1883-1917)

BIOGRAPHIE

Charles Fillion est né le 3 novembre 1883 à Baugé dans le Maine et Loire. Son père Louis Fillion, est greffier au tribunal civil de Baugé. Sa mère Berthe Chauvin est « sans profession». Son frère Jean naîtra le 6 août 1887. Comme son aîné, il deviendra avocat au barreau de Paris...
Fillion vignette

A propos du site

Ce site se veut participatif et évolutif; sa construction se fera par phases successives.
Ainsi, la totalité des 231 biographies des avocats du barreau de Paris morts pour la France devrait être mise en ligne d'ici la fin de l’année 2017.
Un grand nombre sont encore en cours d’écriture ou d’intégration. Elles apparaîtront donc au fur et à mesure de leur finalisation.

Lire la suite

favre vignette
 

Focus

bio bleu copyr
 Lemonnier diplome
 Lemonnier lettre pere
Peu de documents dans le dossier de Jacques Lemonnier.
Né le 30 juin 1890, il est admis au Barreau de Paris le 18 janvier 1910 après une licence de droit obtenue en 1909. Originaire de Flers, dans l’Orne, d’un père médecin et d’une mère sans profession, Jacques est parti faire ses études de droit et de sciences politiques à Paris.
En 1912-1913, il effectue son service militaire à Argentan dans la 22e section de commis où il sera nommé caporal le 8 novembre 1913. Il s’engage dès 1914. Le 11 juin 1916, il passe à la 23e section de commis et ouvriers d’administration puis au 1er régiment mixte de Zouaves et Tirailleurs le 21 septembre 1916 où il devient sergent.
Le 16 avril 1917, son régiment se rend dans le secteur de Vendresse pour prendre ses positions de combat. L’attaque est imminente. Plusieurs prisonniers ont été surpris et le régiment accuse plusieurs pertes. « Dans la journée du 17 avril, il s’est offert spontanément à travers un terrain découvert et battu par les mitrailleuses » écrira le général commandant du 20e corps d’armée. Son chef de section ayant été blessé, il a immédiatement pris le commandement de sa section, « et a fait preuve de grandes qualités de commandant ».
Jacques Lemonnier est mort pour la France le 11 mai 1917 à Beaulne-et-Chivy (aujourd’hui Vendesse-Beaulne), alors que son régiment venait de relever celui du 401e Régiment d’infanterie. « Son corps est resté aux mains de boches, il n’a pu être ramené » écrira son père au Bâtonnier pour l’informer du décès de son fils. Sur son registre matricule figure la mention « inhumé au boyau Allegrini, commune de Beaulne et Chivy (Aisne) ».

Citations et décorations :

  • Ordre du 20e Corps d’Armée le 4 mai 1917 : « Dans la journée du 17 avril 1917 s’est offert spontanément pour effectuer une reconnaissance à travers un terrain découvert et battu par les mitrailleuses ; a obtenu le résultat cherché. Son chef de section ayant été blessé, a pris immédiatement le commandement de sa section et a fait preuve de grandes qualités de commandant ».

Lemonnier Citations

  • Extrait de l’Ordre de La Brigade du 21 mai 1917 : « Sous-officier faisant l’admiration de tous par son calme et son sang-froid. Au cours d’une attaque ennemie s’est découvert complètement pour mieux voir le terrain et se rendre compte de la situation. Est tombé glorieusement frappé».
  • Croix de guerre avec palmes.
bio bleu copyr
 Lemonnier diplome
 Lemonnier lettre pere
Peu de documents dans le dossier de Jacques Lemonnier.
Né le 30 juin 1890, il est admis au Barreau de Paris le 18 janvier 1910 après une licence de droit obtenue en 1909. Originaire de Flers, dans l’Orne, d’un père médecin et d’une mère sans profession, Jacques est parti faire ses études de droit et de sciences politiques à Paris.
En 1912-1913, il effectue son service militaire à Argentan dans la 22e section de commis où il sera nommé caporal le 8 novembre 1913. Il s’engage dès 1914. Le 11 juin 1916, il passe à la 23e section de commis et ouvriers d’administration puis au 1er régiment mixte de Zouaves et Tirailleurs le 21 septembre 1916 où il devient sergent.
Le 16 avril 1917, son régiment se rend dans le secteur de Vendresse pour prendre ses positions de combat. L’attaque est imminente. Plusieurs prisonniers ont été surpris et le régiment accuse plusieurs pertes. « Dans la journée du 17 avril, il s’est offert spontanément à travers un terrain découvert et battu par les mitrailleuses » écrira le général commandant du 20e corps d’armée. Son chef de section ayant été blessé, il a immédiatement pris le commandement de sa section, « et a fait preuve de grandes qualités de commandant ».
Jacques Lemonnier est mort pour la France le 11 mai 1917 à Beaulne-et-Chivy (aujourd’hui Vendesse-Beaulne), alors que son régiment venait de relever celui du 401e Régiment d’infanterie. « Son corps est resté aux mains de boches, il n’a pu être ramené » écrira son père au Bâtonnier pour l’informer du décès de son fils. Sur son registre matricule figure la mention « inhumé au boyau Allegrini, commune de Beaulne et Chivy (Aisne) ».

Citations et décorations :

  • Ordre du 20e Corps d’Armée le 4 mai 1917 : « Dans la journée du 17 avril 1917 s’est offert spontanément pour effectuer une reconnaissance à travers un terrain découvert et battu par les mitrailleuses ; a obtenu le résultat cherché. Son chef de section ayant été blessé, a pris immédiatement le commandement de sa section et a fait preuve de grandes qualités de commandant ».

Lemonnier Citations

  • Extrait de l’Ordre de La Brigade du 21 mai 1917 : « Sous-officier faisant l’admiration de tous par son calme et son sang-froid. Au cours d’une attaque ennemie s’est découvert complètement pour mieux voir le terrain et se rendre compte de la situation. Est tombé glorieusement frappé».
  • Croix de guerre avec palmes.

Sources ODAP

  • Lettre de son père au Bâtonnier l'informant du décès de son fils 27 juin 1917.
  • Diplôme de droit.

Autres Sources

  • Archives départementales de l'Orne (en ligne) : Etat civil de Flers,  : 3NUMECEC 169/3E2-169-28 ; Registre matricule d’Argentan : R 1203, année 1910, matricule 645.
 

Derniers ajouts

Ce site utilise des cookies

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.