Contact

Musée du Barreau

25 rue du Jour

75001 Paris

Tél : 01 44 32 47 48

En savoir plus

Par son ampleur et sa durée, la Première Guerre mondiale a touché l’ensemble de la population française. Cet événement exceptionnel a suscité la rédaction de multiples documents d’archives personnelles : correspondances entre les soldats et leurs proches, carnets de croquis pris sur le vif au milieu des combats, souvenirs écrits après la guerre… Ces documents d’archives privées, auxquels s’ajoutent parfois des souvenirs familiaux, compléteront les collections du Musée..
  • A la mémoire des avocats du Barreau de Paris morts pour la France.

    231 avocats ont été engloutis dans cette sanglante tragédie
    que fût la guerre 14/18.
  • 1

GUILHAUMOU Raoul (1891-1917)

BIOGRAPHIE

Raoul Pierre Camille Edmond Guilhaumou naît le 19 mars 1891 à Montpellier. Il est le fils unique de Joseph Antoine Alexandre, avocat à Montpellier, et de Victorine Fernande Elise...
Lire la suite
guilhaumou vignette

FIEFFE Louis (1891-1917)

BIOGRAPHIE

Louis Jules Fieffé est né le 12 octobre 1891 à Joigny dans l’Yonne. Son père, Paul Fieffé, alors âgé de 32 ans, y était Procureur de la République...
Fieffé vignette

A propos du site

Ce site se veut participatif et évolutif ; sa construction se fera par phases successives.
Ainsi, la totalité des 231 biographies des avocats du barreau de Paris morts pour la France devrait être mise en ligne d'ici la fin de l’année 2018.
Un grand nombre sont encore en cours d’écriture ou d’intégration. Elles apparaîtront donc au fur et à mesure de leur finalisation.

Lire la suite

favre vignette
 

Focus

Esnaud photo
Esnaud lettre oncle 
Paul Esnaud nait le 10 janvier 1889 au domicile familial situé rue Nationale à Pontivy dans le Morbihan.
Il est issu d’une famille de juristes : son père est Procureur de la République à Pontivy et son grand–père est conseiller à la Cour d’appel de Rennes. Paul Esnaud est également cousin de Robert Debled, avocat au barreau de Paris et neveu de Charles Esnaud, avocat à Rennes.
Le 27 mai 1895, son père décède prématurément à l’âge de trente-sept ans à Rennes. Le 22 février 1900, sa mère, Jeanne-Marie, Mélanie Salmon se remarie avec le professeur Stéphane Martin Strowsky de Lenka, ancien élève de d’école normale supérieure,docteur en droit, professeur agrégé de philosophie au lycée de Pontivy. Ce dernier deviendra plus tard bâtonnier du barreau de Pontivy. Le couple aura plusieurs enfants : Jeanne, Marie, Adélaïde le 14 janvier 1901, Jean, Fortunat, Alfred, Stéphane le 4 février 1902, Michel et Yvonne.
Quelques années plus tard, Paul Esnaud travaille chez Maître Rabot, avoué à Pontivy, pendant trois ans, lequel se souviendra « d’un gentil garçon, d’une conduite irréprochable... laborieux, complaisant et sympathique ». C’est à Rennes que le jeune Paul Esnaud étudiera le droit, où il obtient sa licence le 7 novembre 1911 et prête serment d’avocat le 14 novembre 1911.
Ce n’est que le 23 novembre 1911, que ce jeune homme blond aux yeux gris est incorporé au 103e régiment d’infanterie, après avoir obtenu un sursis pour cause d’études en 1909. Le 1er décembre 1911, il arrive au corps en tant que soldat de 2ème classe. Le 25 mai 1912, il devient soldat de 1ère classe puis caporal le 26 septembre 1912. Le 23 novembre 1913, Paul Esnaud passe dans la réserve de l'armée active et reçoit un certificat de bonne conduite.
C’est à cette époque, qu’il rejoint Paris où il demeure provisoirement 54 rue Jacob dans le 6ème arrondissement chez le frère de son beau-père, Monsieur Fortunat Strowski, vice-président de la Société des gens de Lettres et professeur à la Sorbonne, avant de s’installer rue de Seine dans le même arrondissement.
Paul Esnaud est admis au stage le 10 décembre 1913 mais hélas, il ne fréquentera le Palais de justice de Paris que quelques mois. En effet, en vertu du décret de mobilisation générale du 1er août 1914, il est rappelé à l'activité et arrive au corps dès le 3 août 1914.
Le 7 septembre 1914, Paul Esnaud est très grièvement blessé à Lendarré lors de la bataille de la Marne. Possédant un sentiment du devoir élevé, il retourne au front à sa demande expresse.
Le 1er avril 1916, il est nommé sergent puis aspirant le 21 avril 1916. Le 8 mai 1916, Paul Esnaud passe à la 10e compagnie du 62ème régiment d’infanterie où il sera porte-drapeau. Il est nommé sous-lieutenant le 20 juin 1916 et est cité à l’Ordre de la Division le 26 novembre 1916. Le 14 avril 1917, il est à nouveau cité à l’Ordre de la Division récompensé pour l’énergie déployée pour prendre à l’ennemi le Fort de Malmaison. Ses qualités de meneur d’hommes sont alors pleinement reconnues.
Touché par un éclat d’obus pendant la préparation d’une attaque, Paul Esnaud meurt le 28 septembre 1917 au Chemin des Dames dans le secteur de Jouy dans l’Aisne. Le 16 octobre 1917, il est cité une troisième fois à l’Ordre de la Division pour avoir assuré du 16 au 27 septembre la réception et la distribution du matériel durant le bombardement du village de Jouy. Le 22 juin 1920, il est fait Chevalier de la légion d’honneur à titre posthume pour sa bravoure et son dévouement.
Le 23 mai 1922, une cérémonie religieuse à sa mémoire fut célébrée en la paroisse Notre Dame de Joie à Pontivy.

Citations et décorations :

  • Cité à l’Ordre de la 22e Division, n°102, du 26 novembre 1916 :
    « Comme officier adjoint au commandant du Bataillon, a montré durant la période tourmentée, du 1er au 18 novembre 1916, de rares qualités d’activité, d’énergie et un sentiment élevé du devoir. A été un précieux auxiliaire pour son commandant de Bataillon. »
  • Cité à l’Ordre de la Division, N° 124, du 14 avril 1917 :
    « A participé avec sa section à la progression de sa compagnie et l’a conduite à l’assaut d’une position importante et très forte (c’est le fort de Malmaison) ; s’est dépensé ensuite nuit et jour pour l’organisation et la défense des points conquis ; a obtenu de ses subordonnés le maximum de rendement.»
  • Cité à l’Ordre de la Division, N° 159, du 16 octobre 1917 :
    « Excellent officier, d’une bravoure et d’un dévouement à toute épreuve. A, du 16 au 27 septembre 1917, assuré la réception et la distribution du matériel dans des conditions pénibles, par suite du bombardement fréquent du village de Jouy.»
  • Chevalier de la Légion d’honneur à titre posthume (Journal officiel du 22 juin 1920) :
    « Excellent officier d’une bravoure et d’un dévouement à toute épreuve. A, du 16 au 27 septembre 1917, assuré la réception et la distribution du matériel dans des conditions terribles, par suite de bombardements fréquents du village. Tué à son poste, le 28 septembre 1917. A été cité. »
Esnaud photo
Esnaud lettre oncle 
Paul Esnaud nait le 10 janvier 1889 au domicile familial situé rue Nationale à Pontivy dans le Morbihan.
Il est issu d’une famille de juristes : son père est Procureur de la République à Pontivy et son grand–père est conseiller à la Cour d’appel de Rennes. Paul Esnaud est également cousin de Robert Debled, avocat au barreau de Paris et neveu de Charles Esnaud, avocat à Rennes.
Le 27 mai 1895, son père décède prématurément à l’âge de trente-sept ans à Rennes. Le 22 février 1900, sa mère, Jeanne-Marie, Mélanie Salmon se remarie avec le professeur Stéphane Martin Strowsky de Lenka, ancien élève de d’école normale supérieure,docteur en droit, professeur agrégé de philosophie au lycée de Pontivy. Ce dernier deviendra plus tard bâtonnier du barreau de Pontivy. Le couple aura plusieurs enfants : Jeanne, Marie, Adélaïde le 14 janvier 1901, Jean, Fortunat, Alfred, Stéphane le 4 février 1902, Michel et Yvonne.
Quelques années plus tard, Paul Esnaud travaille chez Maître Rabot, avoué à Pontivy, pendant trois ans, lequel se souviendra « d’un gentil garçon, d’une conduite irréprochable... laborieux, complaisant et sympathique ». C’est à Rennes que le jeune Paul Esnaud étudiera le droit, où il obtient sa licence le 7 novembre 1911 et prête serment d’avocat le 14 novembre 1911.
Ce n’est que le 23 novembre 1911, que ce jeune homme blond aux yeux gris est incorporé au 103e régiment d’infanterie, après avoir obtenu un sursis pour cause d’études en 1909. Le 1er décembre 1911, il arrive au corps en tant que soldat de 2ème classe. Le 25 mai 1912, il devient soldat de 1ère classe puis caporal le 26 septembre 1912. Le 23 novembre 1913, Paul Esnaud passe dans la réserve de l'armée active et reçoit un certificat de bonne conduite.
C’est à cette époque, qu’il rejoint Paris où il demeure provisoirement 54 rue Jacob dans le 6ème arrondissement chez le frère de son beau-père, Monsieur Fortunat Strowski, vice-président de la Société des gens de Lettres et professeur à la Sorbonne, avant de s’installer rue de Seine dans le même arrondissement.
Paul Esnaud est admis au stage le 10 décembre 1913 mais hélas, il ne fréquentera le Palais de justice de Paris que quelques mois. En effet, en vertu du décret de mobilisation générale du 1er août 1914, il est rappelé à l'activité et arrive au corps dès le 3 août 1914.
Le 7 septembre 1914, Paul Esnaud est très grièvement blessé à Lendarré lors de la bataille de la Marne. Possédant un sentiment du devoir élevé, il retourne au front à sa demande expresse.
Le 1er avril 1916, il est nommé sergent puis aspirant le 21 avril 1916. Le 8 mai 1916, Paul Esnaud passe à la 10e compagnie du 62ème régiment d’infanterie où il sera porte-drapeau. Il est nommé sous-lieutenant le 20 juin 1916 et est cité à l’Ordre de la Division le 26 novembre 1916. Le 14 avril 1917, il est à nouveau cité à l’Ordre de la Division récompensé pour l’énergie déployée pour prendre à l’ennemi le Fort de Malmaison. Ses qualités de meneur d’hommes sont alors pleinement reconnues.
Touché par un éclat d’obus pendant la préparation d’une attaque, Paul Esnaud meurt le 28 septembre 1917 au Chemin des Dames dans le secteur de Jouy dans l’Aisne. Le 16 octobre 1917, il est cité une troisième fois à l’Ordre de la Division pour avoir assuré du 16 au 27 septembre la réception et la distribution du matériel durant le bombardement du village de Jouy. Le 22 juin 1920, il est fait Chevalier de la légion d’honneur à titre posthume pour sa bravoure et son dévouement.
Le 23 mai 1922, une cérémonie religieuse à sa mémoire fut célébrée en la paroisse Notre Dame de Joie à Pontivy.

Citations et décorations :

  • Cité à l’Ordre de la 22e Division, n°102, du 26 novembre 1916 :
    « Comme officier adjoint au commandant du Bataillon, a montré durant la période tourmentée, du 1er au 18 novembre 1916, de rares qualités d’activité, d’énergie et un sentiment élevé du devoir. A été un précieux auxiliaire pour son commandant de Bataillon. »
  • Cité à l’Ordre de la Division, N° 124, du 14 avril 1917 :
    « A participé avec sa section à la progression de sa compagnie et l’a conduite à l’assaut d’une position importante et très forte (c’est le fort de Malmaison) ; s’est dépensé ensuite nuit et jour pour l’organisation et la défense des points conquis ; a obtenu de ses subordonnés le maximum de rendement.»
  • Cité à l’Ordre de la Division, N° 159, du 16 octobre 1917 :
    « Excellent officier, d’une bravoure et d’un dévouement à toute épreuve. A, du 16 au 27 septembre 1917, assuré la réception et la distribution du matériel dans des conditions pénibles, par suite du bombardement fréquent du village de Jouy.»
  • Chevalier de la Légion d’honneur à titre posthume (Journal officiel du 22 juin 1920) :
    « Excellent officier d’une bravoure et d’un dévouement à toute épreuve. A, du 16 au 27 septembre 1917, assuré la réception et la distribution du matériel dans des conditions terribles, par suite de bombardements fréquents du village. Tué à son poste, le 28 septembre 1917. A été cité. »

Sources ODAP

  • Portrait de Paul Alfred François Esnaud
  • Lettre de son oncle au Bâtonnier (2 janvier 1919)

Autres Sources

 

Derniers ajouts

Ce site utilise des cookies

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.