Contact

Musée du Barreau

25 rue du Jour

75001 Paris

Tél : 01 44 32 47 48

En savoir plus

Par son ampleur et sa durée, la Première Guerre mondiale a touché l’ensemble de la population française. Cet événement exceptionnel a suscité la rédaction de multiples documents d’archives personnelles : correspondances entre les soldats et leurs proches, carnets de croquis pris sur le vif au milieu des combats, souvenirs écrits après la guerre… Ces documents d’archives privées, auxquels s’ajoutent parfois des souvenirs familiaux, compléteront les collections du Musée..
  • A la mémoire des avocats du Barreau de Paris morts pour la France.

    231 avocats ont été engloutis dans cette sanglante tragédie
    que fût la guerre 14/18.
  • 1

CANTE Jean (1889-1917)

BIOGRAPHIE

« 1,72 mètre, cheveux châtains, yeux bleus foncés, visage allongé et grande bouche » ...
Lire la suite
Cante vignette

DETHOMAS Paul (1882-1917)

BIOGRAPHIE

Pierre, Paul Dethomas naît le 8 février 1882 à Paris... Paul Dethomas est le troisième enfant des quatre, issus du second mariage de son père...
Dethomas vignette

A propos du site

Ce site se veut participatif et évolutif ; sa construction se fera par phases successives.
Ainsi, la totalité des 231 biographies des avocats du barreau de Paris morts pour la France devrait être mise en ligne d'ici la fin de l’année 2017.
Un grand nombre sont encore en cours d’écriture ou d’intégration. Elles apparaîtront donc au fur et à mesure de leur finalisation.

Lire la suite

favre vignette
 

Focus

Dethomas photo
Dethomas Echos Parisiens
Dethomas lettre hopital 
Dethomas lettre au Bâtonnier 
 
 
Pierre, Paul Dethomas naît le 8 février 1882 à Paris.
Son père, Jean Dethomas est avocat à la Cour impériale de Paris, Chef de cabinet, membre du Conseil Général de Seine et Marne, Député de la Seine et Marne (1881-1885), propriétaire à Montigny le Guesdier, (Seine et Marne). Sa mère, Marie Thierrée est originaire de Bordeaux en Gironde.
Paul Dethomas est le troisième enfant des quatre, issus du second mariage de son père. Il a un demi-frère Maxime, artiste peintre et une demi-sœur, Elisabeth, tous deux nés du premier mariage de son père avec Laure-Antoinette Béchet. Paul Dethomas a 9 ans lorsque son père décède à l’âge de 48 ans.
Licencié en droit le 15 juillet 1903, il prête serment le 22 février 1905.
Le 23 novembre 1905, il épouse Jacqueline Godard-Decrais, fille de Louis Godard-Decrais, diplomate, Attaché d'Ambassade à Vienne et à Bruxelles, Ministre plénipotentiaire. De cette union naîtront, Pierre, Jean et Elise.
Il est élu deuxième secrétaire de la Conférence, promotion 1911-1912 sous le bâtonnat de Fernand Labori. Son discours sur le procès des quatre sergents de La Rochelle, lors de la Rentrée du Barreau en 1912 est très applaudi.
Quatre de ses camarades de promotion de Conférence seront emportés eux aussi par la Grande Guerre : Jean-René Lelong (10ème secrétaire), Edouard Maupoint (5ème secrétaire), André May (1er secrétaire), Victor Scheikevitch (4ème secrétaire).
En Août 1914, il part rejoindre son régiment comme caporal fourrier.
Le 27 septembre 1914, Paul Dethomas est blessé à Mesnil-les-Hurlus dans la Marne, par un éclat d’obus qui lui fracasse la mâchoire et lui coupe la langue alors qu’il montait sur une crête en première ligne. Il écrit à son Bâtonnier durant sa longue convalescence : « Je souhaiterais être complétement rétabli pour la « campagne d’Allemagne » qu’il faut espérer prochaine et définitive, le sacrifice de nos confrères, tués à l’ennemi, serait inutile, sans la victoire ».
Après de longs séjours à l’hôpital et de nombreuses opérations, Paul Dethomas est enfin rétabli. Il refuse le poste d’arrière-plan proposé et demande à repartir pour le front. Il est affecté dans le 234e Régiment d’infanterie au grade de sous-lieutenant.
En mars 1917, Paul Dethomas est dans le secteur d’Erbéville au nord-est de Nancy. A partir du mois de juillet 1917, le 234e Régiment d’Infanterie est au Chemin des Dames dans le secteur de Cerny où les attaques succèdent aux attaques, l’armée allemande tentant de reprendre à tout prix le plateau. C‘est au cours de l’une de ces attaques que, le 27 juillet 1917, Paul Dethomas est atteint à la jambe gauche d’un éclat d’obus, si gravement que l’amputation de sa jambe est rendue nécessaire. Il est transporté à Paris à la Clinique Saint-Jean de Dieu, rue Oudinot où il décède le 7 août 1917. Il a 35 ans et laisse une épouse et trois enfants.
Son corps repose dans le caveau familial du cimetière de Passy à Paris.

Citations et décorations :

  • Médaille militaire et croix de guerre, le 11 juillet 1915 :

    « Modèle de courage et de bravoure, le 27 septembre 1914, au moment où sa compagnie se transportait dans les tranchées de première ligne, était en avant de ses camarades, montrant une énergie remarquable. A été blessé d’un éclat d’obus à la mâchoire. »

  • Chevalier de la Légion d’honneur et deuxième palme, le 27 juillet 1917 :

    « Chef de valeur d’une bravoure hors pair, très aimé de sa troupe et exerçant sur elle un ascendant remarquable.
    A fait preuve au cours des récentes affaires de juillet d’un entrain au feu et d’un mépris du danger dignes des plus grands éloges. 
    Le 27 juillet, sa tranchée étant violemment battue par l’Artillerie, a abrité intégralement ses hommes et s’est placé au poste le plus exposé où il a été grièvement blessé. Deuxième blessure. Déjà décoré de la Médaille militaire et de la Croix de guerre avec palme. »

Dethomas lettre epouse 06081917
Dethomas photo
Dethomas Echos Parisiens
Dethomas lettre hopital 
Dethomas lettre au Bâtonnier 
 
 
Pierre, Paul Dethomas naît le 8 février 1882 à Paris.
Son père, Jean Dethomas est avocat à la Cour impériale de Paris, Chef de cabinet, membre du Conseil Général de Seine et Marne, Député de la Seine et Marne (1881-1885), propriétaire à Montigny le Guesdier, (Seine et Marne). Sa mère, Marie Thierrée est originaire de Bordeaux en Gironde.
Paul Dethomas est le troisième enfant des quatre, issus du second mariage de son père. Il a un demi-frère Maxime, artiste peintre et une demi-sœur, Elisabeth, tous deux nés du premier mariage de son père avec Laure-Antoinette Béchet. Paul Dethomas a 9 ans lorsque son père décède à l’âge de 48 ans.
Licencié en droit le 15 juillet 1903, il prête serment le 22 février 1905.
Le 23 novembre 1905, il épouse Jacqueline Godard-Decrais, fille de Louis Godard-Decrais, diplomate, Attaché d'Ambassade à Vienne et à Bruxelles, Ministre plénipotentiaire. De cette union naîtront, Pierre, Jean et Elise.
Il est élu deuxième secrétaire de la Conférence, promotion 1911-1912 sous le bâtonnat de Fernand Labori. Son discours sur le procès des quatre sergents de La Rochelle, lors de la Rentrée du Barreau en 1912 est très applaudi.
Quatre de ses camarades de promotion de Conférence seront emportés eux aussi par la Grande Guerre : Jean-René Lelong (10ème secrétaire), Edouard Maupoint (5ème secrétaire), André May (1er secrétaire), Victor Scheikevitch (4ème secrétaire).
En Août 1914, il part rejoindre son régiment comme caporal fourrier.
Le 27 septembre 1914, Paul Dethomas est blessé à Mesnil-les-Hurlus dans la Marne, par un éclat d’obus qui lui fracasse la mâchoire et lui coupe la langue alors qu’il montait sur une crête en première ligne. Il écrit à son Bâtonnier durant sa longue convalescence : « Je souhaiterais être complétement rétabli pour la « campagne d’Allemagne » qu’il faut espérer prochaine et définitive, le sacrifice de nos confrères, tués à l’ennemi, serait inutile, sans la victoire ».
Après de longs séjours à l’hôpital et de nombreuses opérations, Paul Dethomas est enfin rétabli. Il refuse le poste d’arrière-plan proposé et demande à repartir pour le front. Il est affecté dans le 234e Régiment d’infanterie au grade de sous-lieutenant.
En mars 1917, Paul Dethomas est dans le secteur d’Erbéville au nord-est de Nancy. A partir du mois de juillet 1917, le 234e Régiment d’Infanterie est au Chemin des Dames dans le secteur de Cerny où les attaques succèdent aux attaques, l’armée allemande tentant de reprendre à tout prix le plateau. C‘est au cours de l’une de ces attaques que, le 27 juillet 1917, Paul Dethomas est atteint à la jambe gauche d’un éclat d’obus, si gravement que l’amputation de sa jambe est rendue nécessaire. Il est transporté à Paris à la Clinique Saint-Jean de Dieu, rue Oudinot où il décède le 7 août 1917. Il a 35 ans et laisse une épouse et trois enfants.
Son corps repose dans le caveau familial du cimetière de Passy à Paris.

Citations et décorations :

  • Médaille militaire et croix de guerre, le 11 juillet 1915 :

    « Modèle de courage et de bravoure, le 27 septembre 1914, au moment où sa compagnie se transportait dans les tranchées de première ligne, était en avant de ses camarades, montrant une énergie remarquable. A été blessé d’un éclat d’obus à la mâchoire. »

  • Chevalier de la Légion d’honneur et deuxième palme, le 27 juillet 1917 :

    « Chef de valeur d’une bravoure hors pair, très aimé de sa troupe et exerçant sur elle un ascendant remarquable.
    A fait preuve au cours des récentes affaires de juillet d’un entrain au feu et d’un mépris du danger dignes des plus grands éloges. 
    Le 27 juillet, sa tranchée étant violemment battue par l’Artillerie, a abrité intégralement ses hommes et s’est placé au poste le plus exposé où il a été grièvement blessé. Deuxième blessure. Déjà décoré de la Médaille militaire et de la Croix de guerre avec palme. »

Dethomas lettre epouse 06081917

Sources ODAP

  • Portrait de Paul Dethomas

  • Les Echos Parisiens, Les Secrétaires de la Conférence, Me Dethomas 

  • Deux lettres de Paul Dethomas au Bâtonnier (non datées)

  • Lettre de son épouse au Bâtonnier (6 août 1917)

  • Notice lue par M. Marcel Héraud, Hommage aux Morts de la Guerre. Association amicale des Secrétaires et anciens Secrétaires de la Conférence des Avocats (1929) (page 193 à 200)

Autres Sources

 

Derniers ajouts

Ce site utilise des cookies

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.