Contact

Musée du Barreau

25 rue du Jour

75001 Paris

Tél : 01 44 32 47 48

En savoir plus

Par son ampleur et sa durée, la Première Guerre mondiale a touché l’ensemble de la population française. Cet événement exceptionnel a suscité la rédaction de multiples documents d’archives personnelles : correspondances entre les soldats et leurs proches, carnets de croquis pris sur le vif au milieu des combats, souvenirs écrits après la guerre… Ces documents d’archives privées, auxquels s’ajoutent parfois des souvenirs familiaux, compléteront les collections du Musée..
  • A la mémoire des avocats du Barreau de Paris morts pour la France.

    232 avocats ont été engloutis dans cette sanglante tragédie
    que fût la guerre 14/18.
  • 1

DE BECDELIEVRE Hervé (1883 - 1918)

« Il n’a guère eu de sa carrière militaire que les peines. Il n’avait pas d’ambition, ne recherchait pas la gloire, ni les récompenses, mais simplement l’accomplissement de son devoir, sous toutes ses formes. Il disait lui-même qu’il n’était pas parti pour gagner des galons et des décorations, mais simplement pour défendre son pays. » Lettre de son épouse du 9 décembre 1918.

Lire la suite

Becdelièvre vignette

CHARDON Ary-Henri (1889-1918)

Ary Henri Chardon naît le 1er juin 1889, à Paris. C’est dans une atmosphère mêlant le droit, la peinture et l’écriture, qu’il grandit avec sa sœur et son frère, entre la vie parisienne et les vacances à Barfleur qu’affectionnaient ses parents

Lire la suite

Chardon vignette

WACHET Henri (1889-1918)

C’est à Saintes, en Charente, que naquit, le 14 novembre 1889, Henry Wachet, fils unique de Louis et Marguerite Wachet.

Ce fils de militaire, élevé dans la Marne à Servon Melzicourt, choisit de faire son droit.

Spécialisé en droit pénal, il écrivit un mémoire intitulé : L’interdiction de séjour, son histoire, son fonctionnement, ses remèdes.

Lire la suite

Wachet   vignette

Focus

 Deroo photo
 
Pierre Deroo est né le 25 mars 1892 à Paris dans le VIIIème arrondissement.
Licencié en droit, il est admis au serment le 14 novembre 1911 et inscrit au stage le 21 novembre 1911. Il devient le collaborateur de Maître Gondinet (avoué).
Il fait son service militaire au 54e de ligne qui est en garnison à Compiègne. Dès la déclaration de guerre, il est mobilisé au grade de caporal au 54e Régiment d’infanterie et part pour Saint-Mihiel dans la Meuse où il participe à la réalisation des travaux défensifs.
Le 20 août, l’ordre est donné aux 3e et 4e armées de lancer dans les Ardennes et le Luxembourg « une offensive violente et soudaine ». Le 54e régiment combat alors devant Longwy du 22 au 25 août.
C’est le 22 août 1914 à Cutry, que le caporal Deroo est tué durant l’une des journées des plus meurtrières de l’histoire de l’armée française. Entre l’aube et la tombée de la nuit du       

22 août 1914, pas moins de 27 000 soldats sont tués.

Pierre Deroo repose dans une tombe collective à Cutry, dans le bois au bout du chemin de la Roche. Sur la tombe est gravé : « Ici reposent 26 soldats Français tombés pour la France à Cutry le 22 Août 1914. Ont-ils besoin de nos prières ? Ce sont des héros des martyrs. C'est à eux de prier pour nous ».

Citations et décorations à titre posthume :

  • Médaille militaire et Croix de guerre à titre posthume :

    « Caporal brave et énergique. Glorieusement tombé pour la France à Cutry (Meurthe-et-Moselle), le 22 août 1914 ».

 Deroo photo
 
Pierre Deroo est né le 25 mars 1892 à Paris dans le VIIIème arrondissement.
Licencié en droit, il est admis au serment le 14 novembre 1911 et inscrit au stage le 21 novembre 1911. Il devient le collaborateur de Maître Gondinet (avoué).
Il fait son service militaire au 54e de ligne qui est en garnison à Compiègne. Dès la déclaration de guerre, il est mobilisé au grade de caporal au 54e Régiment d’infanterie et part pour Saint-Mihiel dans la Meuse où il participe à la réalisation des travaux défensifs.
Le 20 août, l’ordre est donné aux 3e et 4e armées de lancer dans les Ardennes et le Luxembourg « une offensive violente et soudaine ». Le 54e régiment combat alors devant Longwy du 22 au 25 août.
C’est le 22 août 1914 à Cutry, que le caporal Deroo est tué durant l’une des journées des plus meurtrières de l’histoire de l’armée française. Entre l’aube et la tombée de la nuit du       

22 août 1914, pas moins de 27 000 soldats sont tués.

Pierre Deroo repose dans une tombe collective à Cutry, dans le bois au bout du chemin de la Roche. Sur la tombe est gravé : « Ici reposent 26 soldats Français tombés pour la France à Cutry le 22 Août 1914. Ont-ils besoin de nos prières ? Ce sont des héros des martyrs. C'est à eux de prier pour nous ».

Citations et décorations à titre posthume :

  • Médaille militaire et Croix de guerre à titre posthume :

    « Caporal brave et énergique. Glorieusement tombé pour la France à Cutry (Meurthe-et-Moselle), le 22 août 1914 ».

Sources ODAP

  • Portrait de Pierre Deroo

Autres Sources

  • Mémoire des Hommes : 

Pierre Deroo

JMO 54e RI

 

Derniers ajouts

Ce site utilise des cookies

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.