Contact

Musée du Barreau

25 rue du Jour

75001 Paris

Tél : 01 44 32 47 48

En savoir plus

Par son ampleur et sa durée, la Première Guerre mondiale a touché l’ensemble de la population française. Cet événement exceptionnel a suscité la rédaction de multiples documents d’archives personnelles : correspondances entre les soldats et leurs proches, carnets de croquis pris sur le vif au milieu des combats, souvenirs écrits après la guerre… Ces documents d’archives privées, auxquels s’ajoutent parfois des souvenirs familiaux, compléteront les collections du Musée..

Le musée est une invitation à parcourir plusieurs siècles de l’histoire de France. De multiples oeuvres d’art (peintures, sculptures, gravures…) et documents originaux (manuscrits ou imprimés) permettent de faire revivre par le texte et par l’image le Palais de Justice d’autrefois, les magistrats et les avocats de l’Ancien Régime ainsi que les procès révolutionnaires (Louis XVI, Marie-Antoinette). Le musée met également en valeur les destins d’exception d’avocats qui jouèrent les premiers rôles sur la scène politique comme Léon Gambetta et Raymond Poincaré. Il rappelle de célèbres épisodes de notre histoire judiciaire, au premier rang desquels figure naturellement l’affaire Dreyfus et le procès de Zola à la suite du célèbre « J’accuse ! » (avec la correspondance et les notes de travail de Fernand Labori, qui fut l’avocat des deux hommes).

musee vitrine

D’autres procès sont évoqués, qui ont pour nom Ney, Cambronne, Madame Caillaux, Villain (l’assassin de Jaurès) ou Stavisky. Ce dernier avait monté une escroquerie monumentale à partir du Crédit municipal de Bayonne ; le procès qui en est résulté a été suivi par le peintre Pierre de Belay, dont la veuve a donné à l’Ordre près de 300 dessins, gouaches et peintures permettant d’évoquer le monde judiciaire des années 1930. Les dernières vitrines du musée présentent les lettres d’adieu d’avocats tragiquement disparus pendant la Deuxième guerre mondiale, la Résistance au Palais durant l’Occupation et les notes de plaidoirie de Jacques Isorni pour la défense de Robert Brasillach puis du Maréchal Pétain. Ces différents documents permettent de constater à quel point l’histoire des avocats et de la Justice appartient à notre mémoire collective.

L’originalité du musée réside dans une riche collection de notes de plaidoiries, qui permettent de voir comment travaillaient les avocats, depuis Chauveau-Lagarde (défenseur de Marie-Antoinette) jusqu’à Jacques Isorni. Le visiteur peut ainsi considérer le musée comme un livre très illustré ou comme un album d’images abondamment légendées.

 Musee interieur

Le Musée est actuellement fermé pour une durée indéterminée.

Musée du Barreau de Paris

Tél : 01 44 32 47 48

www.museedubarreaudeparis.com

Mél : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Retrouvez nous aussi sur Facebook – Musée du Barreau de Paris, Twitter, Instagram et Google +.

Ce site utilise des cookies

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.