Contact

Musée du Barreau

25 rue du Jour

75001 Paris

Tél : 01 44 32 47 48

En savoir plus

Par son ampleur et sa durée, la Première Guerre mondiale a touché l’ensemble de la population française. Cet événement exceptionnel a suscité la rédaction de multiples documents d’archives personnelles : correspondances entre les soldats et leurs proches, carnets de croquis pris sur le vif au milieu des combats, souvenirs écrits après la guerre… Ces documents d’archives privées, auxquels s’ajoutent parfois des souvenirs familiaux, compléteront les collections du Musée..

 Dejust portrait
 
Dejust lettre de la femme au batonnier 1918 

Le 23 janvier 1872 dans le VIIIème arrondissement de Paris, Zélie Pernin met au monde William. L’enfant est reconnu officiellement par son père Paul Dejust en 1887 puis légitimé par le mariage de ses parents, célébré le 21 août 1890. William Dejust est âgé de 18 ans.

Comme son père qui est avocat au Barreau de Paris, William Dejust après son baccalauréat entame des études de droit. Le 31 octobre 1892, il s’engage volontairement sous les drapeaux pour trois ans avec la demande de bénéficier des dispositions de l’article 23 de la loi du 15 juillet 1889 lui permettant après un an de service militaire de reprendre ses études de droit.

Après une année au 31e régiment d’artillerie de campagne du Mans dans la Sarthe, avec le grade de brigadier, William Dejust obtient son certificat de bonne conduite et passe dans la réserve de l’armée active en octobre 1893 puis reprend le chemin de la faculté de droit de Paris.

Docteur en droit, William Dejust prête serment le 20 novembre 1901. Il a pour rapporteur le Bâtonnier Albert Danet qui est son témoin de mariage célébré 8 jours plus tard, le 28 novembre 1901 William Dejust et son épouse Marie-Hermine Siefert s’installent alors au 15, rue du Cherche midi dans le domicile de la famille Dejust où trois enfants naissent Pierre-Félix 1902, Jacques-Henri en 1904 puis Jacqueline en 1914.

Dès l’ordre de mobilisation, le 15 août 1914, William Dejust qui avait été promu maréchal des logis en 1908, rejoint le 31e Régiment d’Artillerie avant de passer dans le 13e régiment d’artillerie de campagne en janvier 1916. A la suite d’une néphrite post-angineuse contractée pendant son service, il est versé au service auxiliaire dans le service postal de son régiment par la Commission de réforme de la Seine du 1er décembre 1916.

Malgré les traitements successifs et plusieurs hospitalisations, la santé de William Dejust reste fragile. Fin juillet 1918, sa santé se dégrade subitement, il est hospitalisé à l’Hospice de Beaune, 2 jours plus tard, le 2 août 1918, il décède terrassé par la grippe espagnole.

Le 5 septembre 1918, Madame Dejust, sa veuve, écrivait au Bâtonnier Henri Robert : « Il était dans sa famille tel que l’ont connu ses confrères du Palais, l’homme de devoir et de droiture par excellence et sa perte prématurée, il était âgé de 46 ans, nous laisse à jamais le regret le plus cruel ».

Citations et décorations

  • Pas de citation connue.
 Dejust portrait
 
Dejust lettre de la femme au batonnier 1918 

Le 23 janvier 1872 dans le VIIIème arrondissement de Paris, Zélie Pernin met au monde William. L’enfant est reconnu officiellement par son père Paul Dejust en 1887 puis légitimé par le mariage de ses parents, célébré le 21 août 1890. William Dejust est âgé de 18 ans.

Comme son père qui est avocat au Barreau de Paris, William Dejust après son baccalauréat entame des études de droit. Le 31 octobre 1892, il s’engage volontairement sous les drapeaux pour trois ans avec la demande de bénéficier des dispositions de l’article 23 de la loi du 15 juillet 1889 lui permettant après un an de service militaire de reprendre ses études de droit.

Après une année au 31e régiment d’artillerie de campagne du Mans dans la Sarthe, avec le grade de brigadier, William Dejust obtient son certificat de bonne conduite et passe dans la réserve de l’armée active en octobre 1893 puis reprend le chemin de la faculté de droit de Paris.

Docteur en droit, William Dejust prête serment le 20 novembre 1901. Il a pour rapporteur le Bâtonnier Albert Danet qui est son témoin de mariage célébré 8 jours plus tard, le 28 novembre 1901 William Dejust et son épouse Marie-Hermine Siefert s’installent alors au 15, rue du Cherche midi dans le domicile de la famille Dejust où trois enfants naissent Pierre-Félix 1902, Jacques-Henri en 1904 puis Jacqueline en 1914.

Dès l’ordre de mobilisation, le 15 août 1914, William Dejust qui avait été promu maréchal des logis en 1908, rejoint le 31e Régiment d’Artillerie avant de passer dans le 13e régiment d’artillerie de campagne en janvier 1916. A la suite d’une néphrite post-angineuse contractée pendant son service, il est versé au service auxiliaire dans le service postal de son régiment par la Commission de réforme de la Seine du 1er décembre 1916.

Malgré les traitements successifs et plusieurs hospitalisations, la santé de William Dejust reste fragile. Fin juillet 1918, sa santé se dégrade subitement, il est hospitalisé à l’Hospice de Beaune, 2 jours plus tard, le 2 août 1918, il décède terrassé par la grippe espagnole.

Le 5 septembre 1918, Madame Dejust, sa veuve, écrivait au Bâtonnier Henri Robert : « Il était dans sa famille tel que l’ont connu ses confrères du Palais, l’homme de devoir et de droiture par excellence et sa perte prématurée, il était âgé de 46 ans, nous laisse à jamais le regret le plus cruel ».

Citations et décorations

  • Pas de citation connue.

Sources ODAP

  • Portrait de William Dejust

  • Lettre de Madame Dejust au Bâtonnier du 24 août 1918

  • Lettre de Madame Dejust au Bâtonnier du 5 septembre 1918

Autres Sources

 

Ce site utilise des cookies

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.