Contact

Musée du Barreau

25 rue du Jour

75001 Paris

Tél : 01 44 32 47 48

En savoir plus

Par son ampleur et sa durée, la Première Guerre mondiale a touché l’ensemble de la population française. Cet événement exceptionnel a suscité la rédaction de multiples documents d’archives personnelles : correspondances entre les soldats et leurs proches, carnets de croquis pris sur le vif au milieu des combats, souvenirs écrits après la guerre… Ces documents d’archives privées, auxquels s’ajoutent parfois des souvenirs familiaux, compléteront les collections du Musée..

Couprie photo
Couprie lettre de son frère à leur père 
Couprie lettreauBatonnier
 
Claude Couprie est né le 21 mai 1879 à Villefranche-sur-Saône (Rhône) dans une famille nombreuse et très aisée. En effet, près d’une dizaine d’enfants compose la famille de Marie Rambert Couprie, son père, avocat, ancien bâtonnier de Villeranche. Toute la famille Couprie réside au Château du Colombier à Saint-Julien en Beaujolais.
Licencié en droit en juillet 1899 puis Docteur en Droit, Claude Couprie est admis au stage et inscrit au tableau le 16 décembre 1903.
Il s’engage en tant que Sergent au 252ème Régiment d’Infanterie.
Le 22 novembre 1914, quelques jours avant sa mort, son frère Vincent, lieutenant d’artillerie et également avocat écrit à son père : «Mon Cher papa, je viens de voir Claude et de passer la plus grande partie de la journée avec lui. Aussi puis je vous donner en même temps des nouvelles de tous deux. Claude est au repos pour deux jours encore dans un village à deux kilomètres de mon cantonnement ce qui me permettra de le revoir demain et après demain. Il était assez éprouvé par quatre jours dans les tranchées de première ligne où l’eau et la gelée les incommodaient fort et où, étant donné le froid et le manque de confort il était impossible de fermer l’œil. Malgré cela, il ne va pas mal et le sommeil de trois nuits le retapera complètement. Il a déjeuné ce matin à ma popote et dormi une partie de l’après midi sur mon lit dans une chambre bien chauffée et ce soir quand je l’ai raccompagne à Ménil la tour il paraissait déjà un peu ragaillardi. Mais quel métier que celui des fantassins à l’heure qu’il est ! et comme je suis un coq en pâte quand je compare mon existence à celle de ce pauvre Claude».
Le 28 novembre 1914, Claude Couprie est tué d’une balle dans la tête en tranchée de première ligne à Saint Baussant.
Le lendemain, c’est Vincent qui informe ses parents de la triste nouvelle : «L’inquiétude que je ressentais hier en vous écrivant, mon cher papa, et sur laquelle malgré moi je vous avais laissé, n’était hélas que trop fondée. Parti aux renseignements j’ai appris que la blessure de Claude avait été grave, très grave et que déjà mon pauvre frère n’était plus. Mon cœur se brise en vous apprenant si brutalement cette fatale nouvelle, mon pauvre papa et je me rends si bien compte du mal du mal qu’elle va vous faire et à ma pauvre maman que je dois faire un effort pour vous annoncer dès ce soir la mort glorieuse de votre fils bien aimé. Une balle ennemie l’a frappé à la tête et en quelques secondes la mort a fait son œuvre. Il s’est éteint sans souffrance dans les tranchées de première ligne ...».
Sur Claude Couprie sera trouvé une carte ainsi conçue : «Si je venais à être tué je désire au cas où les objets trouvés sur moi seraient remis à ma famille, qu’on donne à mon neveu et filleul Yves ma chevalière et mon chapelet. Pour le reste je confirme le testament fait il y a plus de dix ans et remis à ma sœur Marie Josèphe».
Il serait inhumé au cimetière de Mandres aux quatre Tours.
Le 4 décembre 1914, son frère Vincent écrira: « Ma bien Chère Maman, Mes lettres des 28 et 29 novembre vous sont elles parvenues à l’heure qu’il est ? Ou quand vous parviendront elles ? Je redoute tellement le moment où elles vous arriveront et vous plongeront dans la douleur ! Combien ma pensée est près de vous, mes pauvres parents et combien mon cœur souffre en songeant à votre peine immense. Je prie Dieu de vous donner la force de supporter cette épreuve, lui qui a su choisir parmi nous la victime la plus résignée et la plus préparée à la mort. Car, Ma chère Maman, si je pouvais essayer de vous consoler je vous dirai que votre fils bien aimé s’était encore confessé et avait encore communié peu de jours avant sa mort, et qu’il est surement dans le ciel parmi les heureux de l’autre monde meilleur … Qu’il nous protège, mon Dieu, de là haut et qu’il veille sur ceux qui sont encore vivants ! J’ai revu Pierre et André de Gaillard et ils m’ont encore redit combien ils s’associaient à notre chagrin. Ils ne m’ont pas donné d’autres détails que ceux que je vous ai donnés dans ma lettre du 29. Claude est mort sans souffrir, victime de cette guerre pénible des tranchées où des balles fauchent quiconque veut essayer de voir… et où les soldats tombent journellement sans combat. J’ai fait dire une messe hier à Sanzey..Et je vais aller prier sur sa tombe ».
Le même jour, son père écrira au Bâtonnier : «Monsieur Le Bâtonnier, j’ai l’honneur et le chagrin de vous faire part de la mort de mon fils Claude Couprie avocat à la Cour d’appel de Paris Sergent au 252ème Régiment de ligne, 19ème compagnie. Il est tombé vaillamment frappé d’une balle au front à Seicheprey, Meurthe et Moselle, et a été inhumé suivant les rites de l’église dans le cimetière de Mandres aux quatre Tours. J’ai tenu à vous adresser directement cet avis, Monsieur le Bâtonnier, pour que le nom de mon fils s’ajoute, sur votre livre d’or, à celui de tous ses confrères qui ont déjà payé mortellement leur tribut à la défense du pays. Deux jours avant sa mort, mon fils plaidait devant le conseil de guerre siégeant à Toul!».
Le 7 décembre 2014, le bâtonnier Henri Robert répond à Monsieur Couprie : « Monsieur, J’apprends avec un réel chagrin la triste nouvelle de la mort de votre fils. J’avais pour Claude Couprie une très vive sympathie. J’aimais son caractère sa générosité, sa franchise, sa loyauté et j’appréciais aussi son talent. Je vous prie d’agréer me très sincères condoléances et de croire, Monsieur, à mes sentiments les plus attristés et dévoués».

Citation à titre posthume :

  • Cité à l’ordre du régiment. Médaille militaire à titre posthume, le 14 février 1924 :

     «Brave sous-officier tombé glorieusement au Champ d'Honneur, le 28 novembre 1914 à Saint-Baussant. A été cité».

Couprie photo
Couprie lettre de son frère à leur père 
Couprie lettreauBatonnier
 
Claude Couprie est né le 21 mai 1879 à Villefranche-sur-Saône (Rhône) dans une famille nombreuse et très aisée. En effet, près d’une dizaine d’enfants compose la famille de Marie Rambert Couprie, son père, avocat, ancien bâtonnier de Villeranche. Toute la famille Couprie réside au Château du Colombier à Saint-Julien en Beaujolais.
Licencié en droit en juillet 1899 puis Docteur en Droit, Claude Couprie est admis au stage et inscrit au tableau le 16 décembre 1903.
Il s’engage en tant que Sergent au 252ème Régiment d’Infanterie.
Le 22 novembre 1914, quelques jours avant sa mort, son frère Vincent, lieutenant d’artillerie et également avocat écrit à son père : «Mon Cher papa, je viens de voir Claude et de passer la plus grande partie de la journée avec lui. Aussi puis je vous donner en même temps des nouvelles de tous deux. Claude est au repos pour deux jours encore dans un village à deux kilomètres de mon cantonnement ce qui me permettra de le revoir demain et après demain. Il était assez éprouvé par quatre jours dans les tranchées de première ligne où l’eau et la gelée les incommodaient fort et où, étant donné le froid et le manque de confort il était impossible de fermer l’œil. Malgré cela, il ne va pas mal et le sommeil de trois nuits le retapera complètement. Il a déjeuné ce matin à ma popote et dormi une partie de l’après midi sur mon lit dans une chambre bien chauffée et ce soir quand je l’ai raccompagne à Ménil la tour il paraissait déjà un peu ragaillardi. Mais quel métier que celui des fantassins à l’heure qu’il est ! et comme je suis un coq en pâte quand je compare mon existence à celle de ce pauvre Claude».
Le 28 novembre 1914, Claude Couprie est tué d’une balle dans la tête en tranchée de première ligne à Saint Baussant.
Le lendemain, c’est Vincent qui informe ses parents de la triste nouvelle : «L’inquiétude que je ressentais hier en vous écrivant, mon cher papa, et sur laquelle malgré moi je vous avais laissé, n’était hélas que trop fondée. Parti aux renseignements j’ai appris que la blessure de Claude avait été grave, très grave et que déjà mon pauvre frère n’était plus. Mon cœur se brise en vous apprenant si brutalement cette fatale nouvelle, mon pauvre papa et je me rends si bien compte du mal du mal qu’elle va vous faire et à ma pauvre maman que je dois faire un effort pour vous annoncer dès ce soir la mort glorieuse de votre fils bien aimé. Une balle ennemie l’a frappé à la tête et en quelques secondes la mort a fait son œuvre. Il s’est éteint sans souffrance dans les tranchées de première ligne ...».
Sur Claude Couprie sera trouvé une carte ainsi conçue : «Si je venais à être tué je désire au cas où les objets trouvés sur moi seraient remis à ma famille, qu’on donne à mon neveu et filleul Yves ma chevalière et mon chapelet. Pour le reste je confirme le testament fait il y a plus de dix ans et remis à ma sœur Marie Josèphe».
Il serait inhumé au cimetière de Mandres aux quatre Tours.
Le 4 décembre 1914, son frère Vincent écrira: « Ma bien Chère Maman, Mes lettres des 28 et 29 novembre vous sont elles parvenues à l’heure qu’il est ? Ou quand vous parviendront elles ? Je redoute tellement le moment où elles vous arriveront et vous plongeront dans la douleur ! Combien ma pensée est près de vous, mes pauvres parents et combien mon cœur souffre en songeant à votre peine immense. Je prie Dieu de vous donner la force de supporter cette épreuve, lui qui a su choisir parmi nous la victime la plus résignée et la plus préparée à la mort. Car, Ma chère Maman, si je pouvais essayer de vous consoler je vous dirai que votre fils bien aimé s’était encore confessé et avait encore communié peu de jours avant sa mort, et qu’il est surement dans le ciel parmi les heureux de l’autre monde meilleur … Qu’il nous protège, mon Dieu, de là haut et qu’il veille sur ceux qui sont encore vivants ! J’ai revu Pierre et André de Gaillard et ils m’ont encore redit combien ils s’associaient à notre chagrin. Ils ne m’ont pas donné d’autres détails que ceux que je vous ai donnés dans ma lettre du 29. Claude est mort sans souffrir, victime de cette guerre pénible des tranchées où des balles fauchent quiconque veut essayer de voir… et où les soldats tombent journellement sans combat. J’ai fait dire une messe hier à Sanzey..Et je vais aller prier sur sa tombe ».
Le même jour, son père écrira au Bâtonnier : «Monsieur Le Bâtonnier, j’ai l’honneur et le chagrin de vous faire part de la mort de mon fils Claude Couprie avocat à la Cour d’appel de Paris Sergent au 252ème Régiment de ligne, 19ème compagnie. Il est tombé vaillamment frappé d’une balle au front à Seicheprey, Meurthe et Moselle, et a été inhumé suivant les rites de l’église dans le cimetière de Mandres aux quatre Tours. J’ai tenu à vous adresser directement cet avis, Monsieur le Bâtonnier, pour que le nom de mon fils s’ajoute, sur votre livre d’or, à celui de tous ses confrères qui ont déjà payé mortellement leur tribut à la défense du pays. Deux jours avant sa mort, mon fils plaidait devant le conseil de guerre siégeant à Toul!».
Le 7 décembre 2014, le bâtonnier Henri Robert répond à Monsieur Couprie : « Monsieur, J’apprends avec un réel chagrin la triste nouvelle de la mort de votre fils. J’avais pour Claude Couprie une très vive sympathie. J’aimais son caractère sa générosité, sa franchise, sa loyauté et j’appréciais aussi son talent. Je vous prie d’agréer me très sincères condoléances et de croire, Monsieur, à mes sentiments les plus attristés et dévoués».

Citation à titre posthume :

  • Cité à l’ordre du régiment. Médaille militaire à titre posthume, le 14 février 1924 :

     «Brave sous-officier tombé glorieusement au Champ d'Honneur, le 28 novembre 1914 à Saint-Baussant. A été cité».

Sources ODAP

Autres Sources

  • Mémoire des hommes : 

Claude Couprie

Historique 252 RI

  • Monument aux morts de la commune de Saint Julien (Rhône).

 

Ce site utilise des cookies

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.