Contact

Musée du Barreau

25 rue du Jour

75001 Paris

Tél : 01 44 32 47 48

En savoir plus

Par son ampleur et sa durée, la Première Guerre mondiale a touché l’ensemble de la population française. Cet événement exceptionnel a suscité la rédaction de multiples documents d’archives personnelles : correspondances entre les soldats et leurs proches, carnets de croquis pris sur le vif au milieu des combats, souvenirs écrits après la guerre… Ces documents d’archives privées, auxquels s’ajoutent parfois des souvenirs familiaux, compléteront les collections du Musée..

Allier photo
Allier lettrepere p1
Après des études de droit et de sciences politiques, Roger Allier, fils d’un pasteur protestant, est admis au stage le 5 juillet 1910. Il passe son doctorat, se charge à plusieurs reprises de plaidoiries d’office, puis interrompt son stage pour cause de service militaire de 1911 à 1912 au 22e bataillon de chasseurs de Grenoble. De retour à Paris après son service militaire, il prépare le concours d’auditorat au Conseil d’Etat.
Lors de la mobilisation générale, il se trouve à Chamonix : il est chargé de constituer une section de mitrailleuse pour le 51e bataillon de chasseurs. Et il écrit à ses parents être surpris par «la rapidité avec laquelle tous les hommes ont répondu à l’appel », et poursuit même : « Nous avons trop d’hommes : la mobilisation complète nous donne un effectif de 350 par compagnie » !
Souffrant d’une entorse la veille du départ, il tait cette information de peur de rester à l'arrière. Il part donc mi-août de Aime en Savoie, non sans avoir quelques jours auparavant supplié le Commandant de « nous appeler dans l’est », avec le 51e bataillon de chasseurs, 74e division de réserve, section des mitrailleuses pour la région de Belfort Mulhouse. Après un périple en train de 50 heures, ils arrivent à Saint-Dié à 3 heures du matin, et essuient déjà des tirs de « taube » [avions] pendant qu’ils boivent leur café. Les combats et les bombardements de Saint-Dié commencent… Après deux jours de combats pour défendre le passage à niveau des Tiges, où certains l’ont cru mort, il est atteint au mollet gauche par une balle de mitrailleuse et se fracture le haut du fémur droit dans sa chute. Il sera amené à l’ambulance du collège sur une charette attelée d’un bœuf par les allemands, et évacué le lendemain en direction de Saales. Il est déclaré mort le 30 août 1914. Sa cantine reviendra en octobre 1914 sans rien contenir. Il est cité à l’Ordre de l’Armée en 1915, mais son corps n’a toujours pas été retrouvé.
Le 19 mai 1916, le « comité lyonnais pour la recherche des disparus » a fait ouvrir, d’accord avec les autorités militaires et municipales, une grande tombe située derrière l’usine Marchal du faubourg de la Bolle (Saint-Dié). M. Jules Marchal, qui depuis 18 mois s’était dépensé, sans compter pour aider la famille Allier dans ses recherches se trouvait à Paris. Son corps est retrouvé dans cette tombe où les allemands déposaient les blessés qui succombaient à l’ambulance. Son autopsie révèlera des blessures aux jambes, un crâne fracassé «probablement par un coup de révolver tiré à bout portant » ; « les allemands ont tout fait pour que l’identification des corps soit impossible. Non seulement ils ont ôté la plaque des sous-lieutenants ; ils ont été jusqu’à couper et enlever la partie de son caleçon qui portait ses initiales. L’identification aurait été impossible sans les détails des vêtements que Mme Allier et moi-même étions les seuls à connaître » (Lettre au Bâtonnier de Raoul Allier, père, le 27 juillet 1916).

Citations et décorations:

  • Ordre de citation de la VIIe armée n°12 du 14 mai 1915 :

    « Quoique grièvement blessé aux deux jambes a continué à encourager ses chasseurs avec la plus remarquable énergie ».

  •  Croix de guerre - Chevalier de la Légion d’honneur à titre posthume:

    « Officier d'une réèlle valeur et d'un incomparable esprit de sacrifice. Chargé, le 28 août 1914, de défendre un point de passage important, s'est acquitté de sa mission d'une façon admirable, maintenant sa troupe jusqu'au dernier homme en dépit de blessures graves aux deux jambes. Tombé aux mains de l'ennemi, a été tué le 30 août 1914, victime de son dévouement et de sa mâle énergie. A été cité».

Allier photo
Allier lettrepere p1
Après des études de droit et de sciences politiques, Roger Allier, fils d’un pasteur protestant, est admis au stage le 5 juillet 1910. Il passe son doctorat, se charge à plusieurs reprises de plaidoiries d’office, puis interrompt son stage pour cause de service militaire de 1911 à 1912 au 22e bataillon de chasseurs de Grenoble. De retour à Paris après son service militaire, il prépare le concours d’auditorat au Conseil d’Etat.
Lors de la mobilisation générale, il se trouve à Chamonix : il est chargé de constituer une section de mitrailleuse pour le 51e bataillon de chasseurs. Et il écrit à ses parents être surpris par «la rapidité avec laquelle tous les hommes ont répondu à l’appel », et poursuit même : « Nous avons trop d’hommes : la mobilisation complète nous donne un effectif de 350 par compagnie » !
Souffrant d’une entorse la veille du départ, il tait cette information de peur de rester à l'arrière. Il part donc mi-août de Aime en Savoie, non sans avoir quelques jours auparavant supplié le Commandant de « nous appeler dans l’est », avec le 51e bataillon de chasseurs, 74e division de réserve, section des mitrailleuses pour la région de Belfort Mulhouse. Après un périple en train de 50 heures, ils arrivent à Saint-Dié à 3 heures du matin, et essuient déjà des tirs de « taube » [avions] pendant qu’ils boivent leur café. Les combats et les bombardements de Saint-Dié commencent… Après deux jours de combats pour défendre le passage à niveau des Tiges, où certains l’ont cru mort, il est atteint au mollet gauche par une balle de mitrailleuse et se fracture le haut du fémur droit dans sa chute. Il sera amené à l’ambulance du collège sur une charette attelée d’un bœuf par les allemands, et évacué le lendemain en direction de Saales. Il est déclaré mort le 30 août 1914. Sa cantine reviendra en octobre 1914 sans rien contenir. Il est cité à l’Ordre de l’Armée en 1915, mais son corps n’a toujours pas été retrouvé.
Le 19 mai 1916, le « comité lyonnais pour la recherche des disparus » a fait ouvrir, d’accord avec les autorités militaires et municipales, une grande tombe située derrière l’usine Marchal du faubourg de la Bolle (Saint-Dié). M. Jules Marchal, qui depuis 18 mois s’était dépensé, sans compter pour aider la famille Allier dans ses recherches se trouvait à Paris. Son corps est retrouvé dans cette tombe où les allemands déposaient les blessés qui succombaient à l’ambulance. Son autopsie révèlera des blessures aux jambes, un crâne fracassé «probablement par un coup de révolver tiré à bout portant » ; « les allemands ont tout fait pour que l’identification des corps soit impossible. Non seulement ils ont ôté la plaque des sous-lieutenants ; ils ont été jusqu’à couper et enlever la partie de son caleçon qui portait ses initiales. L’identification aurait été impossible sans les détails des vêtements que Mme Allier et moi-même étions les seuls à connaître » (Lettre au Bâtonnier de Raoul Allier, père, le 27 juillet 1916).

Citations et décorations:

  • Ordre de citation de la VIIe armée n°12 du 14 mai 1915 :

    « Quoique grièvement blessé aux deux jambes a continué à encourager ses chasseurs avec la plus remarquable énergie ».

  •  Croix de guerre - Chevalier de la Légion d’honneur à titre posthume:

    « Officier d'une réèlle valeur et d'un incomparable esprit de sacrifice. Chargé, le 28 août 1914, de défendre un point de passage important, s'est acquitté de sa mission d'une façon admirable, maintenant sa troupe jusqu'au dernier homme en dépit de blessures graves aux deux jambes. Tombé aux mains de l'ennemi, a été tué le 30 août 1914, victime de son dévouement et de sa mâle énergie. A été cité».

Sources ODAP

  • Portrait de Roger Allier
  • Lettre de son père au Bâtonnier dans laquelle il explique que les allemands ont cherché à camoufler l’identité du corps de son fils (25 juillet 1916)
  • Biographie avec documents originaux (lettres) publiés par ses parents en 1918. Tirage à 300 exemplaires. Collection Musée du Barreau de Paris.
  • Extraits :

- Lettre de Roger Allier lorsqu’il indique son paquetage de départ (lundi 10 août 1914).

Allier lettre parents 10 aout 2

 - Lettre de Roger Allier où il évoque le fait de ne jamais revenir et demande à ce que ses parents récupèrent son fanion des mitrailleuses (22 août 1914).

Allier lettre mere fanion

Autres Sources

L'Homme enchaîné : journal quotidien du matin / rédacteur en chef, Georges Clemenceau, 12 novembre 1917.

Le Petit Parisien : journal quotidien du soir, 1er août 1915

Le Petit Parisien : journal quotidien du soir, 26 juillet 1915

Le Petit Parisien : journal quotidien sur soir, 24 avril 1915

Journal des débats politiques et littéraires, 29 mai 1916

Journal des débats politiques et littéraires, 22 juin 1915

 

Ce site utilise des cookies

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.